Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 décembre 2015

Interview de Jacky Cortot par la production de la série "Un Village Français" sur France 3

Jacky_cortot_un_village_français.jpg


La Libération – Un Village français… ils y étaient

L'interview de Jacky Cortot commence à 2mn49 du début.

22 août 2015

21 août 2015 - Commémoration de la nuit tragique de 1944

Le temps passe....mais le souvenir reste. Comblanchien a donc réuni pour ce 71° anniversaire de la nuit du 21 août 1944, une foule nombreuse, ainsi que de nombreuses personnalités.

003.jpgAprès l'appel des noms des huit malheureuses victimes pour lesquelles la minute de silence a été observée dans un moment de grande émotion, le maire, Didier Toubin, a relaté, avec beaucoup de précisions les circonstances qui ont plongé le village « de carriers et de vignerons » (dixit les allemands) dans cette nuit d'épouvante.Et principalement, l'attachement de la population aux idées républicaines et résistantes, ces idées qui ont forgé l'âme du village à, la suit des conflits sociaux qui se sont déroulés à la fin du 19° siècle dans les carrières. C'est donc, tout naturellement, que des jeunes gens du village , Ferruccio Borillo, Jean Fiorèse vont prendre les armes et aller jusqu'au sacrifice suprême en trouvant la mort les 15 juin 1944 au combat d'Arcenant le 15 juin 1944, sans oublier aussi André Lefils fusillé à Dijon le 27 avril 1942 !

Dans son allocution, Didier Toubin associé le souvenir de ces patriotes à celui des grands noms de la Résistance entrés au Panthéon à Paris, l'été dernier :

Geneviève ANTHONIOZ-de GAULLE, nièce du général de Gaulle, résistante de la première heure dans le réseau du musée de l'Homme. Déportée à Rawensbrück. Présidente de ATD Quart monde décédée en février 2002.

Pierre BROSSOLETTE, journaliste et homme politique, né en 1903. Début 1941, il intègre le réseau du musée de l'Homme. Engagé dans les FFL, sa mission est de rédiger des rapports aux Français de Londres et nouer des contacts sur le terrain. C'est au cours de l'une de ces missions qu'il est arrêté en Bretagne, lors d'un contrôle de routine de la Feldgendarmerie, fin mars 1944. Il a préféré se défenestrer plutôt que de parler à ses tortionnaires

Germaine TILLON, pionnière de l'ethnologie française, elle aussi résistante au musée de l'Homme où elle travaille  Dénoncée en 1942 déportée à Ravensbrûck avec sa mère qui sera gazée en 1945. Elle est décédée en 2006 à l'âge de 101 ans.

Jean ZAY, avocat et surtout homme politique de grande qualité . Ministre de l'Education nationale et des Beaux-Arts en 1936. Il réalise , principalement ou engage la démocratisation sociale de l'enseignement:création du Comité des œuvres sociales en faveur des étudiants (CROUS),création de l'Ecole nationale d'administration( ENA), prolongation de la scolarité de 13 à 14 ans.

Le 2 septembre 1939 il est mobilisé. Le 21 juin 1940, trois jours après l'armistice, et hostile à celle-ci, il embarque pour Casablanca,en toute légalité, avec d'autres parlementaires. Arrêté et rapatrié en France pour une soi disant désertion( en réalité pour ses origines israélites et son activité ministérielle en 1936!), il est condamné par un tribunal militaire à la déportation et à la dégradation. Incarcéré à la prison de Riom (Puy de Dôme) ; il est enlevé  le 20 juin 1944 par trois miliciens français qui se font passer pour des résistants,, et l'assassinent dans un bois près de Cusset (Allier). Son corps ne sera retrouvé qu'en septembre 1946 par des chasseurs.Il avait 40 ans.

Poursuivant son allocution, Didier Toubin a déclaré : « Ces deux hommes et ces deux femmes incarnent l'esprit de résistance ...Ils ont apporté la même réponse, et en le disant tout de suite, fermement et calmement. La résistance et la barbarie s'expriment de différentes façons, et Comblanchien a payé un lourd tribu, » et d'énoncer les noms des huit victimes de cette nuit tragique.

Pour terminer, il a cité un extrait du Comité cantonal de Libération paru dans « Beaune-Informations » du 21 novembre 1944 au sujet de cette nuit du 21 août 1944 à Comblanchien

« Un mot timide, qu'on ne prononce qu' à voix basse, un mot qui évoque le drame, les flammes du brasier, le sang des martyrs, et l'effroyable barbarie allemande »

 

Comme l'an dernier, la cérémonie s'est terminée, moment toujours très émouvant, par l'audition de la Marseillaise et du Chant des partisans, interprétés par Magali Goblet.

Après avoir remercié l'assistance, le maire a invité les participants au traditionnel vin d'honneur

 

                                                                                         Jacky Cortot

 

Participaient à cette cérémonie :

  • Mme Frackowiak-Jacob sous-préféte
  • Alain Suguenot, député -maire de Beaune.
  • François Patriat, président du Conseil régionale.
  • Les conseillers régionaux et départementaux.
  • Les représentants des associations patriotiques et leurs porte drapeaux.
  • La gendarmerie de Nuits St Georges.
  • Des maires du canton.
  • Mme le maire de Villy en Auxois, l'un des villages martyrs de l'Auxois.
  • Le Père Frot desservant le village.