Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2006

21 AOUT 2006

« Le feu qui semble éteint dort sous la cendre » ( Corneille)

« Jeanne Chapuzot, matelassière ,âgée de 68 ans est veuve. Elle est assassinée à coups de crosses près de la cheminée dans sa chambre.

Mathilde Voye, 46 ans est vigneronne. Elle est assassinée d’une balle dans l’œil sur les marches extérieures de sa maison…. »

Telles sont les premières phrases de l’allocution du maire de Comblanchien, Pierre Blondan, à l’occasion du 62° anniversaire de la nuit du 21 août 1944. Paroles brutales, mais douloureuses qu’il est parfois nécessaire de rappeler à tous, et surtout aux jeunes générations, pour se souvenir, et rendre hommage aux huit victimes de cette tragédie.

La foule des participants est là, silencieuse, recueillie, à l’écoute des conditions horribles par lesquelles les six autres habitants : Adrien Simonnot, Blaise Lieutard, Joseph Blanc, Max et Claude Henry, Marcel Julien ont été sauvagement assassinés au cours de cette opération de représailles contre notre village qualifié de « terroriste » par l’Allemand aux abois, sans oublier les cinq personnes blessées, les neuf déportés, et les deux cents sinistrés !

Evoquant les années qui passent, le premier magistrat se dit toujours ému de réveiller la douleur qui étreint, et qui se lit sur les visages des survivants du drame.

C’est par un plaidoyer contre la guerre et le terrorisme, qu’il poursuit et termine son allocution :

« Depuis plusieurs années, et c’est mon devoir, je condamne ce fléau innommable qu’est la guerre. Guerre déclenchée le plus souvent par la folie meurtrière des hommes. Les mots « terroristes » que Comblanchien connaît bien….Terroriste est un mot beaucoup trop à la mode ces derniers temps. Le terrorisme recourt à des violences systématiques, des destructions de maisons par explosion, des enlèvements ; il n’a qu’un seul but, créer un climat d’insécurité favorisant le dessein de fanatiques. La paix est précaire. Les alliances entre les pays forts existent pour constituer une Europe forte. L’avenir de notre pays est à ce prix.

Soyons avant toute chose, petits et grands, fiers de ce que nous sommes, conscient de la chance que nous avons de vivre en démocratie. Vive la France ! Vive la République ! Merci ! « 

Auparavant eut lieu l’appel des fusillés, les dépôts de gerbes, la minute de silence, ponctués par les sonneries traditionnelles.

L’émotion est à son comble, lorsque Sébastien Querry interprète, depuis les marches de l’église, comme il le fait magistralement depuis deux ans, une vibrante Marseillaise.

La cérémonie s’achève par un vin d’honneur servi à la salle des fêtes.

Participaient à cette cérémonie : Madame Josiane Lécrigny, sous-préfète de Beaune, François Patriat président du Conseil Régional, Alain Suguenot député-maire de Beaune, Pierre Alexandre Privolt, maire de Villers la Faye et conseiller général, Jean-Claude Robert, maire de Gevrey-Chambertin et conseiller général, les présidents des associations des anciens combattants et de résistants, une vingtaine de portes- drapeaux, le commandant de gendarmerie de Nuits Saint Georges, des maires du canton, des membres des familles de fusillés, des conseillers municipaux, dont certains n’hésitent pas à écourter leurs vacances pour participer à cette cérémonie du souvenir.

30 mai 2006

Sortie CCAS du 14 mai 2006

Cette année, au lieu et place du repas traditionnel, le C.C.A.S. de Comblanchien a décidé d’offrir à ses Aînés un voyage au Hameau du Vin en Beaujolais à Romanèche-Thorin, musée consacré à la culture de la vigne et à la gloire de ce vin connu du monde entier.
Ce sont donc 37 participants accompagnés du maire et des membres du C.C.A.S qui ont pris le départ dimanche 14 mai, dans un car grand confort à destination de cette première étape.
Accueilli dans un hall, reconstitution d’une gare 1900, le groupe est parti à la découverte de la vigne et à ses traditions, depuis l’Egypte ancienne jusqu’ à la fin du 19° siècle.
Au fil de la visite, une suite de salles où l’on contemple une superbe exposition d’outils et de matériels retraçant le travail du vigneron, de la vigne à la cave. C’est ensuite la découverte des immenses chais à barriques, autrefois en transit avant le départ du train.
Visite à la fois professionnelle et humoristique, c’est d’abord « Noé, premier des vignerons », théâtre optique, au cours duquel un épisode méconnu de l’histoire du vin nous est conté.
Ensuite, c’est un théâtre d’automates qui nous entraîne dans une conversation insolite entre « Toine » le vigneron et sa vigne Ampélopsis.
N’oublions pas la paulée, appelée r’vole en Beaujolais, qui nous est présentée ici sous forme d’une comédie musicale, film en 3D, très impressionnant, avec l’acteur Christian Marin, Bernard Pivot originaire de la région et Paul Bocuse, le célèbre restaurateur lyonnais, dans leur propre rôle.
La visite se poursuit par la découverte de la fabrication des tonneaux, des bouchons, et d’une étonnante collections de bouteilles, magnums, jéroboams etc. ..et se termine par une dégustation. Assis autour d’une dizaine de petites tables rondes, meublant une grande salle richement décorée, les visiteurs dégustent, au son d’un orgue « Gavioli » et dans une ambiance sympathique, deux crus du Beaujolais.
Puis c’est le départ en petit train pour la visite de la cuverie ultra moderne de « l’Empereur » du Beaujolais, Georges Duboeuf. Depuis une terrasse, chacun a pu admirer, et sous un beau soleil, le vignoble de la région et ses crus : Juliènas, Chenas Fleurie… Attenant à la cuverie, le jardin du boisé, du fruité des épices et autres senteurs.
Visite un peu rapide, la gare de Romanèche-Thorin méritait aussi le détour, mais, un horaire étant à respecter, c’est vers 12h.30 que le groupe s’est dirigé à Confrançon ( Ain ) à quelques encablures de Vonnas pour y déjeuner.
A l’apéritif, le maire Pierre Blondan a pris la parole, et s’est dit déçu du petit nombre de participants. Voyage en car, pourtant très confortable, longueur du circuit seraient à l’origine de cette défection ? On ne peut y croire que partiellement ! Pour y remédier, il a invité les présents à faire de la publicité en faveur d’un voyage, et a été vivement applaudi lors de l’annonce d’une nouvelle sortie l’an prochain, dans la région de Chablis !
Après un frugal repas, le voyage s’est poursuivi jusqu’à Vonnas, l’un des villages le plus fleuri de France, grâce à la générosité du restaurateur Georges Blanc. Dans cette petite localité des Dombes, une visite imprévue au programme, celle du Musée Municipal des Attelages. Installé dans un ancien moulin, et sur deux étages, c’est un retour dans le passé, au travers de tous ces vieux métiers qui étaient implantés dans nos villages jusqu’au début des années 1960.
Ainsi, nous avons pu assister, grâce à un film vidéo, à la fabrication, ô combien laborieuse, d’une roue, de chariot, depuis le moyeu jusqu’au cerclage, en passant par les jantes, et les rais. En trois ateliers reconstitués, nous avons découvert le savoir-faire des artisans d’autrefois : le forgeron, le bourrelier (qui réparait aussi les cartables ) et la maréchal-ferrant.
Aux étages, exposition de voitures-chariots, matériels agricoles et viticoles d’un autre âge, et même un corbillard fabriqué en Bresse, utilisé jusqu’en 1960 ! Visite originale et enrichissante dans le patrimoine du passé.
Après avoir flâné dans les rues de Vonnas pour rejoindre le car, c’est vers 17 h. que ce dernier a pris le chemin du retour, avec un arrêt d’un quart d’heure sur l’autoroute pour soulager quelques envies, et arriver à Comblanchien vers 18.40.
Merci aux membres du C.C.A.S de la commune pour cette agréable journée, sans oublier l’excellente brioche et l’aligoté du matin, ainsi que le petit verre d’eau de l’après-midi pour soulager quelques « pépies ». Nul doute que chacun en conservera un excellent souvenir, en se disant à l’année prochaine, mais plus nombreux !

Jacky Cortot